Voici les éléments "récoltés" sur Isidore Marius Hippolyte Combemale

Né le 1er octobre 1887 à Fraissinet, il est le fils de Auguste Casimir dit Hippolyte Combemale (né le 20 octobre 1860 à Fraissinet, décédé le 27 janvier 1944 à Fraissinet) et de Maria Léontine Causse (née le 12 juillet 1861 à Fraissinet, décédée le 06 décembre 1956 à Fraissinet), mariés à Fraissinet le 11 octobre 1886.
Mesurant 1,66 m, il a le visage ovale avec un menton pointu, un grand nez et une grande bouche, les cheveux et des sourcils noirs, des yeux gris. Il le front découvert.
Parti le 07 octobre 1908, il rejoint le 96ème Régiment d'Infanterie comme soldat de 2ème classe.
Il est nommé soldat de 1ère classe le 12 avril 1909, caporal le 28 septembre 1909
Le 28 avril 1909, il s'engage pour deux ans comme canonnier de 2ème classe au 96ème régiment d'Artillerie (à compter du 1er octobre 1910) qu'il rejoint le 29 avril 1910.
Il est nommé brigadier le 26 septembre 1910 avant de passer dans la réserve de l'armée active le 07 octobre 1912, certificat de bonne conduite accordé, et se retire à Fraissinet-de-Fourques.
"Le 12 avril 1911, à sept heures, il a été atteint d'une fracture de la clavicule gauche, ayant été désarçonné par sa monture au cors d'une promenade des chevaux de la remonte".
Par décision ministérielle du 04 novembre 1912, il est nommé gendarme à cheval à la 3ème Légion.
Ordre n° 7 de l'Etat-major du 3ème CA. Du 21 avril 1916 : "Une salve d'artillerie ayant dispersé une compagnie, tuant son chef et blessant plusieurs hommes près d'un carrefour où il était de service, le gendarme Combemale se porta sans hésiter vers l'endroit bombardé, rassembla la compagnie, la mit à l'abri et se retrouva sur place avec un homme de bonne volonté malgré la continuation du bombardement pour recueillir les blessés et rapporta le corps de l'officier tué."
Le 06 janvier 1920, il épouse Alice Zoé Marguerite Gantier qui habite Bellencombre (Seine Inférieure).

00_COMBEMALE_Isidore+GANTIER_Alice

 Il est rayé des contrôles le 26 janvier 1924 et se retire à Argueil (Seine Inférieure).
Le 14 octobre 1936, il est réintégré.
Le 08 juillet 1937, la carte de combattant lui est refusée.
Il décède le 22 mars 1978 à Tours.